Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

L’atelier de saunier de Gouy-Saint-André

Découvertes archéologiques sur l’élargissement de la RD 939

Le Conseil général du Pas-de-Calais a entrepris le projet de doublement de la RD 939 qui joint Arras à Montreuil-sur-Mer, en passant par la commune de Gouy-Saint-André. Sur la base des prescriptions de l’État, une équipe de six archéologues du Centre départemental d’Archéologie est intervenue de fin février à fin mars 2010 pour fouiller un atelier de fabrication de pains de sel daté de la période gauloise.

"L’or blanc", une spécialité régionale !

La fouille du site de Gouy-Saint-André a permis de découvrir des fourneaux utilisés pour faire bouillir de l’eau saumâtre afin d’en récupérer le sel. Cette activité artisanale était probablement très lucrative pour les Gaulois : le sel est d’ailleurs qualifié d’"or blanc".

Elle est bien connue à la période gauloise (entre moins 450 ans et moins 52 ans) sur le littoral français et en particulier sur les côtes de La Manche. La particularité du site de Gouy est sa position éloignée de la matière première principale qui est l’eau salée. Comment les hommes procédaient-ils alors ? La réponse est sans doute à chercher au croisement des données archéologiques et géographiques.

Et que ça chauffe !

Plusieurs fourneaux

La principale découverte du site est la mise au jour de plusieurs fourneaux qui se superposent ou se juxtaposent. Quatre générations ont été identifiées. Il est cependant difficile de déterminer exactement la date des différentes constructions. L’atelier a pu fonctionner sur plus de 50 ans à partir de la seconde moitié du IIe siècle avant J-C.

La construction des fourneaux

La fouille des fourneaux a permis de comprendre les différentes étapes de leur construction : creusement d’une fosse, plaquage des parois d’argile, construction d’une armature en bois pour servir au montage de la grille, etc. Les procédés de montage ont laissé des marques, notamment les traces de doigts des constructeurs sur les parois. Détail toujours émouvant pour l’archéologue !

Une technique approuvée

Les différents éléments retrouvés dans les fourneaux, comme les nombreux petits objets en terre, sont précieux pour comprendre les étapes de la fabrication du sel. Boudins (handbricks, bâtonnets), languettes ou fragments de céramique constituent autant d’indices nécessaires pour en comprendre le fonctionnement.

 

Une fois le fourneau fabriqué, le saunier posait sur la grille des céramiques, appelées "augets", remplies d’eau à forte teneur en sel. Elles étaient calées avec les boudins d’argile. Après l’évaporation totale de l’eau lors de la cuisson, les pains de sel étaient récupérés.

L’usage du sel à l’époque gauloise était multiple : salaisons (conservation des aliments) et probablement alimentation du bétail, dont l’élevage était une activité importante. Le sel est donc une denrée essentielle dans la vie des gaulois !

 

Gouy-Saint-André

mot(s)-clé(s) : artisanat, sel, saunier, gaulois