Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

Le moulage archéologique : exemple d’un crâne de rhinocéros

Un crâne de rhinocéros est un objet archéologique très fragile. Sa présentation lorsque les conditions de conservation ne sont pas réunies fait courir aux ossements des risques de dégradations irrémédiables. La reproduction à l’identique est une alternative utilisée pour pouvoir présenter ce crâne dans une exposition.

La réalisation d’un moulage s’effectue en deux temps : la confection du moule puis le tirage de la copie. Pour la tête du rhinocéros, le crâne, la mâchoire et les deux cornes sont moulées successivement.

La réalisation du moule à partir de l’original

Le moule est constitué de fines couches de silicone, les membranes, maintenues par des couches de résines, les chapes. Les techniques de moulage permettent de reproduire en trois dimensions des objets de formes très variées. Le nombre de membranes et de chapes dépend de la complexité des objets à reproduire.

1. Traitement de la surface de l’original

Pour le crâne et la mâchoire, la première étape consiste à boucher avec de la pâte à modeler toutes les parties creuses. Les cornes ont une surface régulière sans cavités, aucune préparation n’est nécessaire.

2. Positionnement de l’original dans un lit de pâte à modeler

La corne est moulée face par face. Le moulage du crâne nécessite trois parties, la face inférieure du crâne est moulée en premier. Les originaux sont placés dans un lit de pâte à modeler. Celle-ci doit être au contact de l’original suivant une surface horizontale et lisse.

3. Système de centrage des différentes parties du moule

Une gorge ainsi que des petits plots sont creusés dans la pâte à modeler. Ce système permettra aux deux membranes de silicone d’être parfaitement en face l’une de l’autre.

4. Réalisation des membranes de silicone

La première couche de silicone liquide est appliquée au pinceau pour prendre tous les détails. Ensuite du silicone visqueux est étendu avec une spatule pour obtenir une membrane d’un centimètre d’épaisseur. Le silicone, de couleur rose ou blanc selon le fournisseur, recouvre l’original ainsi que la pâte à modeler.
Après 24 heures, les membranes de silicone sont sèches. Elles sont très souples, il est donc nécessaire de les rigidifier avant le démoulage.

5. Réalisation des chapes en résine et en fibre de verre

Pour chaque membrane de silicone, une chape en résine est réalisée. Une première couche de résine est appliquée au pinceau. Des bandes de fibres de verre viennent recouvrir la résine encore poisseuse.
En quelques heures, la résine durcit et s’agglomère aux fibres. Les chapes obtenues sont légères et résistantes.

Toutes ces étapes sont répétées autant de fois qu’il y a de parties dans le moule. Il faut compter deux jours pour chaque partie du moule. Le crâne, moulé en trois parties, nécessite une semaine de travail. Avant de démouler l’original, les chapes sont percées pour pouvoir être boulonnées ensemble et constituer une carapace rigide pour les membranes de silicone.

Le tirage en résine d’une reproduction

 6. Première mise en teinte

La mise en teinte des cornes est effectuée en deux étapes. Avant de couler la résine, des pigments de couleur sont appliqués directement sur le silicone. Cette technique de transfert permet d’obtenir une teinte de base inclue dans la résine donc très résistante.

7. Le tirage en résine

Pour la corne, un fond de résine est coulé dans chaque moitié de moule. Lorsque la résine commence à durcir, on la monte sur les bords à l’aide d’un pinceau pour que toute la surface de la corne soit couverte.

8. La fermeture du moule

Le moule est ensuite fermé. De la résine liquide est versée à l’intérieur pour assurer la jonction des deux moitiés. Le moule est tourné régulièrement jusqu’à ce que la résine soit dure. Deux heures plus tard, on peut alors démouler la reproduction.

9. Le ponçage des excroissances de résine

Une fois démoulée, la reproduction est poncée pour enlever la fine excroissance de résine située à la jonction des différentes parties du moule.

10. Mise en teinte finale

La dernière étape consiste à teinter la copie pour qu’elle devienne similaire à l’original. Plusieurs couches sont nécessaires pour obtenir les tonalités souhaitées.

Pour une présentation complète de la tête, les cornes et la mandibule sont munies de pièces métalliques permettant l’emboîtement sur le crâne.

France

mot(s)-clé(s) : moulage, rhinocéros, reproduction