Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

Marquise au Néolithique et à l'âge du Bronze

Carrière de pierre de Marquise visible en arrière-plan des deux sites fouillés.

Il y a plus de 6 000 ans

Ces fouilles complètent les connaissances sur l’occupation ancienne du territoire autour de Marquise. Des outils en silex et des tessons de céramique attestent d’une implantation humaine dès le Néolithique moyen, vers 4000 avant notre ère. Cette présence, fugace mais continue, se pérennise à l’âge du Bronze avec l’installation d’un site funéraire.

Des monuments marquant le paysage à l’âge du Bronze

Trois fossés circulaires, dont deux concentriques, forment deux espaces funéraires. Ce type de monument, connu pour l’âge du Bronze, constitue un élément visible dans le paysage, par ses dimensions imposantes (diamètre de 25 à 35 mètres) et sa position dominante. Son utilisation funéraire est déterminée par la présence d’une tombe centrale initiale. La terre extraite des fossés est utilisée pour l’édification d’un talus ou d’un tertre.

Des fossés circulaires et des tombes associées sont aménagés à l’âge du Bronze.

Les archéologues ont réalisé des sondages dans les fossés circulaires à l’aide de pelles mécaniques. Ces sondages permettent de comprendre comment les fossés ont été creusés et entretenus et de recueillir des objets afin d’affiner la chronologie.

L’étude des profils des fossés sert à déterminer leur largeur et leur profondeur. L’observation des différentes couches peut indiquer la présence d’eau dans les fossés, les éventuels curages et la position des talus ou tertres associés.

Un espace funéraire utilisé sur le long terme

À l’âge du Bronze, les défunts sont incinérés et leurs cendres sont déposées dans de petites fosses creusées à proximité des cercles funéraires. Les pratiques funéraires de cette période sont variées : dépôt de tout ou partie des os, avec ou sans les charbons de bois du bûcher, dans un contenant périssable ou non (bois ou céramique), directement dans la terre, avec ou sans monument. La fouille en laboratoire du contenu des tombes, prélevées en motte, permettra aux archéologues de mieux comprendre les gestes réalisés à Marquise.

Cette tombe est exceptionnelle par son aménagement, constitué de blocs de pierre de Marquise. Les ossements du défunt sont déposés au centre, dans une fosse recouverte ensuite d’une pierre. La tombe est creusée dans le comblement du fossé interne du cercle double, démontrant la continuité de la vocation funéraire de l’espace.

Document à télécharger :

2018_plaquette_marquise_parc_activite_2caps (pdf - 5.07 Mo)

 

Responsables d’opération : E. Panloups et E. Leroy-Langelin
Rédaction : L. Maluta
Coordination : J. Lamart
Crédits photographiques : Thomas Nicq, S. Janin-Reynaud / Dessin : E. Leroy-Langelin / Direction de l’Archéologie du Pas-de-Calais