Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

Occupation de l’Âge du bronze à Dainville (vidéo)

Découvertes archéologiques à l’emplacement du futur éco-quartier

Vue aérienne du site archéologique de Dainville "Le Champ Bel Air"

La Communauté Urbaine d’Arras et la Commune de Dainville entreprennent la construction d’un éco-quartier rue Broussais, au lieu-dit "Le Champ Bel Air". Sur la base des prescriptions de l’État, une équipe de 10 archéologues du Centre départemental d’Archéologie est intervenue de février à début avril 2012 pour fouiller une nécropole et un habitat de l’Âge du bronze (entre moins 2 000 ans et moins 800 ans).


Accédez à la transcription textuelle de cette vidéo


Accédez à la transcription textuelle de cette vidéo

Des monuments funéraires de 3 000 ans

La fouille du site de Dainville a permis de découvrir deux fossés circulaires de 18 et 25 m de diamètre, qui délimitaient un espace funéraire. Il y a 3 000 ans, le rite funéraire était l’incinération : les restes brûlés des défunts étaient déposés dans de petites fosses à l’intérieur de ces cercles funéraires. Les archéologues ont mis au jour trois de ces fosses. La terre provenant du creusement du fossé était déposée à l’extérieur pour former un talus. À l’intérieur de l'un des grands fossés circulaires, les archéologues ont découvert trois tombes contenant les cendres des défunts.

 

Hypothèse de reconstitution d'un monument funéraire de l’Âge du bronze (P.-Y. Videlier)

Ce type de monument funéraire est connu. Ces dernières années, les archéologues ont mis au jour des architectures semblables à Dainville "Gérico" et à Marœuil. Il arrive parfois que des habitats gaulois (entre moins 800 ans et moins 52 ans) soient implantés à proximité, ce qui suggère que ces monuments étaient entretenus au fil des siècles et peut-être recouverts d’un tertre, donc visibles dans le paysage.

Des habitants dès le 9e siècle avant J.-C.

Reconsitution d'un grenier surélevé sur quatre poteaux (P.-Y. Videlier)

L’autre découverte du site est une zone d’activités domestiques, peut-être contemporaine de l’espace funéraire. Les archéologues ont découvert une quinzaine de structures de stockage : des greniers sur quatre poteaux porteurs et des fosses silos creusées dans le sol.

 

Ces structures servaient à conserver les denrées alimentaires : des graines de céréales ont d’ailleurs été trouvées au fond des silos. Elles seront étudiées par un carpologue.

 

Par contre, aucune maison n’a été repérée. Ce mystère s’explique peut-être par un mode de construction qui n’a pas laissé de traces sur le sol actuel. Pourtant, il est certain que des hommes ont habité les lieux puisque beaucoup de mobilier en relation avec des activités domestiques a été abandonné. Il devait s’agir de paysans qui cultivaient, élevaient des animaux (porc, bœuf, chèvre) et consommaient également des animaux sauvages : des bois de cerfs découverts par les archéologues étaient utilisés pour fabriquer des outils.
L’étude des découvertes permettra de comprendre les rituels funéraires et l’organisation d’une population installée à Dainville depuis 3 000 ans.

Le mobilier varié découvert à l’intérieur des fosses de rejets domestiques, constitue une source d’étude très importante pour les archéologues : céramiques, ossements animaux, torchis, etc. seront analysés en laboratoire.

Du fil au tissu, les traces d’une importante activité textile

Les archéologues ont également découvert de nombreux indices d’une activité liée à la fabrication des tissus. Une dizaine de fusaïoles, petites rondelles de terre cuite ou de craie percées en leurs centres, a été mise au jour. Elles étaient utilisées comme poids pour entraîner le fuseau et faciliter la fabrication du fil à partir de la matière première (animale ou végétale). D’autres objets attestent de la présence sur le site de métiers à tisser : les pesons en terre cuite. Leur fonction est de tendre les fils verticaux de la trame du tissu.

 

Évocation de métier à tisser (P.-Y. Videlier)

Cette évocation de métier à tisser permet de comprendre le rôle des pesons (en bas du dessin) dans la fabrication du tissu.

 

Ces éléments sont précieux pour comprendre les méthodes de fabrication des textiles que les femmes et les hommes devaient revêtir. Les tissus étaient fixés avec des épingles en bronze : les archéologues ont eu la chance d’en découvrir une lors de la fouille. Elle devait servir à maintenir les étoffes.
 

 

 

Dainville

mot(s)-clé(s) : cercle, funéraire, tombe, grenier, fosse, peson, fusaïole, épingle