Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

Bours, Le Donjon, rue de la place, rue de l’église, 2012, diagnostic, motte féodale et donjon médiévaux

Sur prescription du Service Régional de l’Archéologie du Nord-Pas-de-Calais, le Centre Départemental d’Archéologie a effectué un diagnostic sur l’emprise d’un projet de valorisation comprenant le donjon de la commune de Bours daté du 14ième siècle et ses abords. Le projet, porté par la Communauté de Commune du Pernois et la commune de Bours, totalise 11 948 mètre carré au cœur du village situé en fond de vallée au sud de Pernes. L’opération s’est déroulée du 17 au 24 septembre 2012. Au total, 8 tranchées ont été réalisées et un sondage manuel dans la cave du donjon représentant 9.6 % de la surface du projet et 12.12 % de la surface accessible.

L’intervention dans le parc attenant au donjon a révélé un fossé extérieur au fossé de douve de celui-ci ainsi qu’un niveau de motte primitif. L’existence d’une motte, probablement antérieure à l’édification du donjon en pierre, peut ainsi être mise en avant.

L’observation stratigraphique faite dans les douves du donjon en pierre révèle quant à elle un fossé de grande ampleur tant en largeur qu’en profondeur. Il ne s’agit pas à proprement parler d’un fossé défensif, la construction du donjon consistant plus en une maison forte à caractère ostentatoire qu’en une place militaire aisément défendable.
L’intervention dans la cave a mis en évidence une succession de remblais ainsi qu’un niveau de destruction charbonneux probablement lié à un incendie. Ces remblais qui comprennent de la céramique des 15ième et 16ième siècles interviennent lors du rehaussement du sol primitif de la cave du 14ième siècle ; ce dernier doit probablement être situé dans la première moitié du 16ième siècle. Le ou les niveaux originels du 14ième siècle n’ont malheureusement pu être atteints et nous disposons à l’heure actuelle de peu d’informations sur la motte primitive et sur le bâti préexistant au donjon en dur. La seigneurie de Bours étant attesté dès 1191, il est très probable que cette maison forte soit installée à l’emplacement même de l’ancienne demeure.
Les tranchées réalisées au sein de la basse-cour ont mis en évidence deux grandes phases chronologiques et différents types de vestiges. La zone, tout d’abord marécageuse, se voit dotée d’un ensemble d’aménagements et de bâtiments. Cet établissement est contemporain de l’édification du donjon en grès. Essentiellement concentrée au sud et au sud-ouest du donjon, l’occupation de la basse-cour doit être de plus de 3 000 m, dont une partie peut se situer hors emprise.
Ainsi, l’opération de diagnostic archéologique préventif réalisée aux abords du donjon de Bours a révélé un ensemble complet pour les 14ième-16ième siècles avec haute-cour et basse-cour. L’état de conservation général est relativement bon pour ce type de vestiges et, en dépit d’un arasement de surface et de la disparition des élévations, les fondations sont préservées en partie. Situé en zone rurale et peu impacté par des projets de construction, ce site castral est conservé dans sa globalité, chose peu courante dans la région.

Référence du rapport

Merkenbreack Vincent, Bours (Pas-de-Calais), «Le Donjon», Rapport final d’Opération de diagnostic, éd. Centre départemental d’Archéologie du Pas-de-Calais, Dainville, 2012, 88 p., 45 fig.

Mots-clés

Moyen-âge, Bas Moyen-âge, Moderne, Pas-de-Calais, Bours, donjon, maison forte, haute-cour, basse-cour, fossé, douve, motte féodale, voirie.