Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

Gouy-Saint-André, Campagne-lès-Hesdin, Ecuires et Campigneulles-lès-Petites, RD 939 tranches 3, 4 et 5, 2009, diagnostic

En amont d’un projet de doublement de la route départementale 939 (secteur 3, 4, 5) un diagnostic archéologique a été mené par le Service départemental de l’archéologie du Pas-de-Calais sur les communes de Gouy-Saint-André, Campagne-lès-Hesdin, Ecuires et Campigneulles-lès-Petites du 1er octobre au 20 novembre 2009. Au sud de la voirie actuelle, une étroite bande, de 20 mètres à 35 mètres de large, a été sondée sur 14 kilomètres de long. Cette opération s’inscrit dans un territoire profondément modifié au cours du Quaternaire, original par sa position d’interfluve entre la vallée de la Canche et la vallée de l’Authie et dont l’environnement archéologique et historique reste à documenter.

Commune de Campagne-lès-Hesdin : l’industrie lithique Néolithique ancien et l’habitat du Bronze ancien

Le site, sur lequel deux occupations ont été caractérisées, se localise sur le sommet d’un plateau. Une série lithique du Néolithique a été collectée dans un niveau de colluvion ; découverte peu fréquente dans la région, elle montre des caractères rubanés indéniables (débitage laminaire, outillage typique et expédient...). Il reste à établir si cette série est en lien avec un dispositif d’enclos palissadé mis au jour sous la colluvion. Sur le même site des vestiges d’un habitat de plan circulaire ont été dégagés. Le mobilier céramique et lithique récolté à la fouille ont permis de les dater du Bronze ancien/moyen. Ce type d’occupation est très peu connu sur la zone littorale, d’autant plus en position privilégiée d’interfluve.

Commune de Gouy-Saint-André : les fourneaux à sel protohistoriques

Un atelier de production de sel daté de la Tène Récente a été découvert au sein d’un enclos large de 35 mètres. Dans
sa partie sud-est, un espace est dédié à la fabrication de sel, dont quatre fourneaux à tuyère qui introduisent un nouvel élément typologique pour ce type de structure de combustion. Une probable occupation liée à la zone artisanale a été détectée à l’est de cette dernière. La localisation exceptionnelle de ce site entre l’Authie et la Canche, à une vingtaine de kilomètres du littoral et des matières premières le singularise des ensembles artisanaux du même type, connus dans la région.

Commune de Boisjean : le Domaine du Bas Moyen Age

Un ensemble d’édifice, remarquable par la puissance de ses fondations en calcaire et de son plan a été mis au jour sur près de 2000 mètres carrés. La découverte du domaine médiéval de Boisjean revêt un intérêt particulier lié à son caractère inédit dans le paysage archéologique du Bas Moyen Age. Les dimensions imposantes et l’organisation spatiale de ses vestiges soulèvent de nombreuses interrogations relatives à sa nature (agricole ou domestique), son implantation géographique (proximité d’’un chemin mais excentrée d’un centre villageois ou urbain), et ses potentielles extensions ou dépendances.

Référence du rapport

Jean Michel Willot (dir.), Mathilde Delage, Jean Luc Marcy, Armelle Masse, Murielle Meurisse, Jan Minne,
Julia Patouret, Nicolas Tachet, RD939, sections 3, 4 et 5, volume 1, Rapport final d’opération de diagnostic, Dainville, 2009, 126p.

Mots-clés

Néolithique, protohistoire, Age du Bronze, La Tène, époque médiévale, Gouy-Saint-André, Campagne-lès-Hesdin, Boisjean, datation C14, habitat, artisanat, fourneau à sel, lithique, céramique.