Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

Lillers / Busnes, RD 916 - Contournement de Busnes, 2015, diagnostic, occupation gallo-romaine et médiévale

Sur prescription du Service régional de l’archéologie, le Centre départemental d’archéologie du Pas-de-Calais a procédé à un diagnostic sur l’emprise d’un projet de création de voirie afin de contourner la commune de Busnes par l’ouest. La zone concernée par le futur aménagement est située sur les communes de Lillers et Busnes, dans la plaine de la Lys. Le projet s’étend sur 146 469 mètres carrés. 31 tranchées ont été réalisées, représentant 13 % de la surface prescrite.

Ce projet a permis la réalisation d’une intervention extensive sur plus de trois kilomètres de long dans un secteur archéologiquement méconnu. Ainsi, 560 structures ont été identifiées, attestant d’une présence humaine au moins dès la période gallo-romaine. Cette occupation antique est diffuse et ténue. Seules 19 structures ont livré du mobilier céramique majoritairement daté du Haut-Empire. 13 d’entre elles sont des fossés, répartis de manière lâche sur tout le tracé de l’emprise.

Une faible concentration de quelques fosses arasées non datées et cernées de fossés gallo-romains pourraient illustrer les vestiges faiblement conservés d’un éventuel établissement rural. Plus loin sur l’emprise, une, voire deux sépultures secondaires à incinération ont été découvertes, en partie recoupées par l’installation de fossés postérieurs. La densité du système fossoyé n’a pas permis d’identifier d’autres structures funéraires dans ce secteur.

La période médiévale est illustrée de manière encore plus discrète par la présence d’un ensemble de trous de poteaux, dont l’un d’entre eux a livré de la céramique attribuée au Bas Moyen Âge. L’organisation des poteaux pourrait définir un bâtiment incomplet se développant hors emprise ou recoupé par un fossé postérieur. Sans pouvoir définir de zones de concentration, six fossés ont livré de la céramique médiévale, dans une fourchette assez large allant du 11ème au milieu du 16ème siècle.

D’une manière générale, l’ensemble de l’emprise est fortement impacté par le creusement de nombreux fossés, qui représentent 86 % des vestiges découverts, soit environ un segment tous les six mètres. Le mobilier issu des fossés est inexistant ou limité à quelques rares tessons. La vocation parcellaire et/ou drainante de ces fossés semble la plus probable au vu de l’absence d’autres types de structures. De plus, la présence importante de fossés de drainage toujours actifs illustre la pérennité et la nécessité de cet assainissement dans le secteur de Busnes.

La superposition des systèmes fossoyés retrouvés lors du diagnostic sur le cadastre napoléonien montre une relative concordance des vestiges avec les anciennes limites parcellaires. Les cartographies anciennes permettent également d’observer le découpage cadastral en 1950 et la prédominance de petites parcelles organisées en lanières. Ainsi, il semble que certains tracés aient été comblés très récemment, probablement lors du remembrement des parcelles agricoles à la fin des années 1990.

Référence du rapport

Panloups et al. 2014 : Panloups É., Louiso I., Meurisse-Fort M., Lillers / Busnes, RD 916 - Contournement de Busnes, Rapport final d’opération de diagnostic, Dainville : Centre départemental d’archéologie du Pas‑de‑Calais, 124 p., 83 fig.

Lillers, Busnes

mot(s)-clé(s) : fossés, drainage, parcellaire, fosse, incinération