Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

Retour sur le café-archéo-archives du 18 octobre : Les jardiniers de la Mémoire

Dans le cadre de l’exposition "Reconstruire l’avenir après la Première Guerre mondiale", la Maison de l’Archéologie du Pas-de-Calais a accueilli, le jeudi 18 octobre à Dainville un café-archéologie-archives consacré à l’entretien des cimetières militaires étrangers présents dans le département. Une heure durant, Bastien Ledieu, chef d’équipe jardinier au Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge (VDK), et Steeve Arnold, directeur technique de la Commonwealth War Graves Commission (CWGC), ont présenté leurs missions et croisé leurs regards sur leurs pratiques. Un dialogue instructif apprécié à sa juste valeur par un public nombreux.

Au fil des échanges, deux approches, deux cultures se sont révélées. Si l’entretien paysager des cimetières du Commonwealth repose sur l’application stricte d’une véritable « Bible » visant à reproduire un modèle parfait de jardin anglais, côté allemand, l’enjeu est de laisser autant que possible la Nature faire son œuvre. Les deux hommes n’ont pas manqué non plus de revenir sur l’origine de leurs institutions respectives et se sont aussi livrés à quelques confidences.

Steeve Arnold a ainsi rappelé qu’en 1919, des soldats britanniques ont fait le choix de rester en France et en Belgique afin de chercher les corps de leurs camarades disparus et d’entretenir les tombes. Les véritables pionniers du Commonwealth War Graves Commission (CWGC) qui ont parfois payé de leurs vies leur engagement sur des territoires où des millions de munitions abandonnées représentaient une menace constante.

A l’heure du centenaire de la Grande Guerre et de l’affluence record des visiteurs sur les lieux de mémoire, Bastien Ledieu a tenu pour sa part à partager une émotion qu’il vit régulièrement au cimetière de Neuville-Saint-Vaast, comme ce matin même où 300 jeunes néerlandais étaient accueillis : « Ce qui me frappe toujours c’est le brouhaha des enfants qui sortent des cars et puis le silence quand ils franchissent le porche et se retrouvent devant les 10 000 croix noires que nous entretenons. » Un moment précieux rendu possible par le travail de ces véritables Jardiniers de la Mémoire.

Prochain café-archéo-archives, le jeudi 15 novembre sur le thème de l’archéologie de la Grande Guerre.

Texte et photos de François Denoeu, bureau des relations presse au Département du Pas-de-Calais