Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Reclinghem, route de Dohem, Mille ans d'histoire d'une occupation agricole

Mise à jour : Nouvelle vidéo.

En 2020 à Reclinghem, les archéologues du Pas-de-Calais ont mis à jour des vestiges de plusieurs bâtiments à vocations agricoles datant de la période médiévale jusqu’à l’époque moderne. Cette fouille précède un projet de construction de logements et un espace de rencontres intergénérationnelles.

Sommaire

Crédits : CD62/DirCom/DA.

Un site agricole

Les archéologues ont mis en évidence l’évolution architecturale de bâtiments à vocation agricole sur une période de mille ans :

  • Au 10ième siècle, une habitation « en nef » et un grenier suggèrent qu’une ou plusieurs familles ont vraisemblablement vécu de l’exploitation agricole à Reclinghem.
  • Entre le 14ième et 15ième siècle, des bâtiments à pans de bois sur des fondations en solin de rognons de silex étaient en élévation. L’un d’eux avait des proportions imposantes dans cet environnement rural. Pouvant atteindre 1 à 2 étages, ce bâtiment de 5 m de côté et 0.8 m d’épaisseur avait probablement une fonction de grenier ou d’habitation.
  • Le plan cadastral napoléonien de 1830 indique la présence de 4 bâtiments et d’un chemin disparus aujourd’hui. Néanmoins, la fonction de ces bâtiments, la distribution des espaces et les méthodes de construction nécessitent une analyse approfondie des vestiges. Ce grand corps de ferme composé de 4 bâtiments datant du 19ième siècle a subi de nombreux réaménagements et transformations jusqu’au 20ième siècle. Les vestiges de 3 bâtiments dans l’emprise de la fouille révèlent que les murs en briques étaient posés sur des fondations en solin de rognons de silex à l’instar des bâtiments du 14ième et 15ième siècle. Plusieurs espaces (pièces ou/et stabulations) constituaient l’intérieur des bâtiments. La distribution de ces espaces reste à déterminer avec les données recueillies pendant la fouille.

La Première Guerre mondiale

Des vestiges de la halte d’un régiment de soldats britanniques témoignent des déplacements de troupes entre les ports de la côte d’Opale et le front de l’Artois. Les soldats ont pris soin d’enterrer des boites de conserve, des bouteilles en verre et des cartouchières avant de partir. Cette découverte nous rappelle l’implication de milliers d’hommes venus du monde entier pour défendre notre liberté.

Fouille de Reclinghem en 2020

Galerie photos

This is a title
Copyright Légende Télécharger la photo

Les données historiques et archéologiques de Reclinghem

À 500 m au nord de l’emprise de la fouille, des vestiges d’une occupation gallo-romaine ont été découverts dans les années 1980.  Des découvertes éparses et sporadiques de tessons gallo-romains attestent de la présence de l’homme aux abords de la Lys, mais la localisation précise reste inconnue.

L’étymologie de Reclinghem suggère une fondation autour des 6 ième et 7 ième siècles par les Francs. La construction phonétique est typique et connue dans la région. Le suffixe « hem » signifie habitation ou village, tandis que « inga » complète la racine du toponyme, c’est-à-dire le nom d’un homme germanique, en suggérant une filiation (1) .Un Scandinave nommé Rikiwulfserait le fondateur de ce village dont la première mention dans les sources historiques sous le nom de Ricolvingahem remonte à 857 (2) . Le nom s’est transformé en Reclinghem au fil des siècles.

La communauté s’est probablement établie autour d’une motte castrale à la fin du Moyen Âge. Cette motte est supposée se situer proche de l’église du 16 ième siècle. La présence de la motte reste une hypothèse.

Au début de l’époque moderne, les habitants souffrent des sièges à répétition contre la ville fortifiée de Thérouanne se situant à 10 km.

 

Cette page est mise à jour au regard de l'avancée des études.

Attention, les données, les informations et les datations peuvent évoluer.

Dernière actualisation, le 29/06/2021.

Sources :

Poulet 1997

Poulet D., Noms de lieux du Nord-Pas-de-Calais, Introduction à la toponymie, Paris : éditions Bonneton, 1997, pages 57 à 64.

Haigneré 1883

Haigneré D., « Reclinghem », in Dictionnaire historique et archéologique du Pas-de-Calais, Tome 3, Commission départementale des monuments historiques, 1883, page 174.

L.Dewimille