Archéologie - Pas-de-Calais le Département
Les informations contenues dans cette page ne sont valables avec certitude que jusqu'à cette date et heure.

Votre opposition au dépôt des cookies de mesure d'audience a été prise en compte. Masquer ce message

Chroniques de la restauration d’un vase de 3000 ans

Tout commence en 2014 lorsqu’une équipe d’archéologues dirigée par Vincent Merkenbreack découvre trois grands vases remplis de plus de 8 kilogrammes d’ambre lors d’un diagnostic archéologique sur la commune de Guînes.

L’un d’eux, daté comme les autres de l’âge du Bronze, est archéologiquement complet, c’est-à-dire que son profil est intégralement conservé. Il mesure 37 centimètres de haut et pèse 3,4 kilogrammes. Il a été choisi pour faire partie des objets exposés au musée du Louvre-Lens dans le cadre de l’exposition "Les matières du temps".

Débute alors un travail de restauration mené par Sandrine Janin-Reynaud.

La première étape consiste à remonter la céramique. Comme dans un puzzle en 3 dimensions, il s’agit d’assembler les tessons, ou morceaux de poterie, afin de reconstituer la forme du vase. Les tessons sont d’abord nettoyés pour assurer un bon contact entre eux.

Puis ils sont assemblés avec un adhésif repositionnable qui n’altère pas la surface de la poterie.

Enfin ils sont recollés avec une colle longue conservation inerte.

La restauratrice réalise ensuite un comblement des plus grandes lacunes. L’objectif est d’assurer la stabilité de l’objet. La déontologie incite le restaurateur à intervenir au minimum et à ne restituer que ce qu’il connait de l’objet. Le comblement en plâtre est posé en léger retrait de la surface de la poterie et présente une texture plus lisse. Il doit permettre de comprendre l’objet sans cacher qu’il a été restauré.

La dernière étape est la mise en teinte du comblement. La restauratrice utilise des peintures acryliques. Elle pose une couleur de fond et rajoute des petits points de couleurs par-dessus. La forme de l’objet doit être lisible à plus d’un mètre de distance mais la restauration doit être visible à moins d’un mètre de distance.

Après plus de 60 heures entre les mains de la restauratrice, le vase est fin prêt pour être exposé. Vous pourrez venir le voir au musée du Louvre-Lens, au Pavillon de verre, du 1er décembre 2018 au 20 mai 2019.

Crédits photographiques, dans l’ordre d’apparition : CD62/DA/M. Delage, CD62/DA/M.-L. De Noblet, CD62/DA/J. Hucteau, CD62/DA/O. Solon, CD62/DA/L. Maluta, CD62/DA/J. Hucteau, CD62/DA/J. Hucteau, CD62/DA/O. Solon, CD62/DA/O. Solon, CD62/DA/J. Hucteau, CD62/DA/J. Hucteau, CD62/DA/S. Janin-Reynaud, CD62/DA/S. Janin-Reynaud, CD62/DA/S. Janin-Reynaud